La carrière de Beez est un site de 85 ha produisant de la pierre calcaire. La carrière est située dans la vallée de la Meuse près du village de Beez et de la ville de Namur. L’autoroute E411 longe la carrière.

A 800m au nord-est de la carrière se trouve le site Natura 2000 comprenant la forêt domaniale de Marche-les-Dames, une érablière de ravin et les rochers classés de Marche-les-Dames.

Le permis actuel (datant des années 90) prévoit un plan de réaménagement basé sur l’effet visuel. D’un point de vue légal, l’obligation est de remblayer la carrière et de planter des arbres afin de faire disparaître  toute trace d’activité extractive. Le fond de l’actuelle fosse d’extraction deviendra probablement un lac.

Description: 

La carrière de Beez est un site de 85 ha produisant de la pierre calcaire. La carrière est située dans la vallée de la Meuse près du village de Beez et de la ville de Namur. L’autoroute E411 longe la carrière.

A 800m au nord-est de la carrière se trouve le site Natura 2000 comprenant la forêt domaniale de Marche-les-Dames, une érablière de ravin et les rochers classés de Marche-les-Dames.

Le permis actuel (datant des années 90) prévoit un plan de réaménagement basé sur l’effet visuel. D’un point de vue légal, l’obligation est de remblayer la carrière et de planter des arbres afin de faire disparaître  toute trace d’activité extractive. Le fond de l’actuelle fosse d’extraction deviendra probablement un lac.

Description de l'habitat, de la faune et de la flore: 

Deux zones de la carrière sont proposées pour le Quarry Life Award : l’ancienne fosse d’extraction remblayée avec les boues de lavage des pierres et l’actuelle zone de dépendances.

L’ancienne fosse d’extraction couvre une superficie de 6 ha et comprend hormis la fosse remblayée des falaises, une friche calcaire très attractive pour les insectes butineurs et les papillons (Vanessa cardui, Apatura iris,…) et des éboulis où le lézard Podarcis muralis vit.

L’actuelle zone de dépendances sera, à la fin de l’exploitation, recouverte en partie d’eau. Pas d’espèces ni d’habitats particuliers dans cette zone pour le moment mais un plan de réaménagement peut y être proposé pour la fin de l’exploitation (prévue dans les dix prochaines années).